top of page

Courge, un légume riche en fibres




Originaire d’Amérique, la courge est cultivée depuis des siècles par les peuples autochtones. Selon les variétés, on trouve des courges d'hiver et d'autres d'été, ainsi on peut déguster ce légume toute l'année. On le consomme en général dans des plats salés mais il s'accommode aussi très bien avec du sucré.


Caractéristiques de la courge

  • Peu calorique ;

  • Source de vitamine A ;

  • Riche en antioxydants ;

  • Riche en fibres ;

  • Stimule le transit intestinal


La courge est peu riche en calories (25,9 Cal/100 g). En revanche, hydratante avec une teneur en eau de 92,3%, elle concentre également du bêta-carotène et des vitamines du groupe B.


Les bienfaits de la courge : pourquoi en manger ? La courge est remarquable de bienfaits nutritionnels.

Riche en antioxydants Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. Bien que la partie comestible de la courge renferme plusieurs composés antioxydants, des chercheurs ont observé que les graines auraient une activité antioxydante encore plus élevée que la chair.

La courge contient une grande quantité de bêta-carotène. En plus d’être une source de vitamine A pour l’organisme, le bêta-carotène aurait aussi un pouvoir antioxydant et pourrait améliorer certaines fonctions du système immunitaire.

La courge contient une bonne quantité de lutéine et de zéaxanthine, deux autres composés antioxydants de la famille des caroténoïdes. La lutéine et la zéaxanthine s’accumulent dans la macula et la rétine de l'œil, le protégeant ainsi d’un stress oxydatif qui pourrait lui causer des dommages. Pour un meilleur contrôle du diabète Quelques études chez l’animal et chez des personnes diabétiques de type 2 indiquent que le jus de courge de la variété Cucurbita ficifolia (aussi appelée courge de Siam) aurait un effet hypoglycémiant, c’est-à-dire qu’il entraînerait une diminution du glucose sanguin. Cette propriété pourrait être favorable à un meilleur contrôle du diabète. Toutefois, le mécanisme d’action pouvant expliquer cet effet n’est pas encore connu. Les chercheurs rappellent également que les résultats chez l’humain sont encore préliminaires et que des études plus poussées devront être effectuées. Source d’oligo-éléments La courge d’hiver est une source de fer. Chaque cellule du corps contient du fer. Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Il est à noter que le fer contenu dans les aliments d’origine végétale est moins bien absorbé par l’organisme que le fer contenu dans les aliments d’origine animale. L’absorption du fer des végétaux est toutefois favorisée lorsque le fer est consommé avec certains nutriments, telle la vitamine C.


La courge d’hiver est une source de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

La courge d’hiver est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.


Excellente source de vitamine A

La courge d’hiver est une excellente source de vitamine A. Le rétinol est l’une des formes actives de la vitamine A dans l’organisme. La vitamine A est l’une des vitamines les plus polyvalentes, collaborant à plusieurs fonctions de l’organisme. Entre autres, elle contribue à la croissance des os et des dents, maintient la peau en santé et protège contre les infections. De plus, elle joue un rôle antioxydant et favorise une bonne vision, particulièrement dans l’obscurité.


Source de vitamine K

La courge d’hiver est une source de vitamine K. Cette dernière est nécessaire pour la synthèse (fabrication) de protéines qui collaborent à la coagulation du sang (autant à la stimulation qu’à l’inhibition de la coagulation sanguine). Elle joue aussi un rôle dans la formation des os. En plus de se trouver dans l’alimentation, la vitamine K est fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté des carences en cette vitamine.

De la vitamine C contre les agressions virales La courge d’hiver est une source de vitamine C. Le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes; elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation. Source de vitamines du groupe B (B2, B5, B6, B9) La courge d’hiver est une source de vitamine B2. Cette vitamine est aussi connue sous le nom de riboflavine. Tout comme la vitamine B1, elle joue un rôle dans le métabolisme de l’énergie de toutes les cellules. De plus, elle contribue à la croissance et à la réparation des tissus, à la production d’hormones et à la formation des globules rouges. La courge d’hiver est une source d’acide pantothénique. Aussi appelée vitamine B5, l’acide pantothénique fait partie d’un coenzyme clé nous permettant d’utiliser de façon adéquate l’énergie présente dans les aliments que nous consommons. Il participe aussi à plusieurs étapes de la synthèse (fabrication) des hormones stéroïdiennes, des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux) et de l’hémoglobine. La courge d’hiver est une source de vitamine B6. Aussi appelée pyridoxine, la vitamine B6 fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Enfin, cette vitamine joue un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

La courge d’hiver est une source de folates. Les folates (vitamine B9) participent à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance et pour le développement du fœtus.


La courge est le légume de l’hiver par excellence avec son panel de vitamines, minéraux et oligo-éléments. Son point fort : elle regorge de bêta-carotène, au grand pouvoir antioxydant, lutteur contre les radicaux libres, limitant ainsi le vieillissement prématuré de la peau.

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

TOUT SAVOIR SUR L’IONOGRAMME SANGUIN

L’ionogramme sanguin est le dosage dans le sang des ions ou électrolytes : sodium (Na+), potassium (K+), chlore (Cl-), parfois associés aux bicarbonates (HCO3-), dans le plasma ou le sérum. L’étude de

Comentarios


bottom of page